Formation de jeunes colonies d’abeilles

 

Formation de jeunes colonies d’abeilles chez Narimpex SA, au-dessus des toits de la ville de Bienne

 

Un projet durable pour le maintien des colonies d’abeilles et la réduction des abeilles importées

Chaque année, la disparition de colonies d’abeilles à l’échelle mondiale, qu’elle soit due à des causes naturelles ou à des interventions humaines, donne à réfléchir. Une raison supplémentaire pour Narimpex de s’engager, en Suisse et à l’étranger, en faveur de projets durables sélectionnés pour la préservation des abeilles, de leur habitat, de la biodiversité et des petites exploitations apicoles, notamment en soutenant le projet « Regionale Bienen-Jungvolkbildung » (formation de jeunes colonies d’abeilles régionales) de l’association VKFI (association pour la promotion de l’apiculture à petite échelle).

Depuis début mai 2018, des colonies de jeunes abeilles sont formées sur le toit en terrasse de Narimpex SA à Bienne en étroite collaboration avec deux petits apiculteurs biennois. L’idée de ce projet est de céder, en automne ou au printemps, les colonies d’abeilles aux petits apiculteurs de la région à des conditions avantageuses et de couvrir ainsi leur besoin en abeilles par des colonies régionales, notamment après des pertes hivernales ou subies pour d’autres raisons. De cette manière, l’avenir de nos abeilles peut être garanti sur place et les petits apiculteurs ne sont pas tributaires de l’importation de « colis d’abeilles » en provenance de pays du sud de l’Europe. La formation de jeunes colonies d’abeilles régionales permet ainsi de réduire durablement les importations d’abeilles.

Pourquoi est-ce que Narimpex soutient un projet de formation de jeunes colonies d’abeilles ?

« La création d’une jeune colonie avec une reine d’élevage est l’épine dorsale d’une apiculture couronnée de succès. Elle permet de maintenir les populations et de conserver les propriétés souhaitées ou sélectionnées de la reine. » Citation d’Hans Stöckli, Allschwil

L’objectif de tout apiculteur est de maintenir le nombre de ses populations d’abeilles au fil des années. Cela signifie que les incidents (perte de population, remplacement des reines trois ans après leur naissance, etc.) doivent être compensés. Les petits apiculteurs sont donc tenus de former en permanence, chaque année, de nouvelles colonies d’abeilles, ce qui donne beaucoup de travail, ou d’en acheter ; or l’achat de « colis d’abeilles » à l’étranger présente toujours le risque d’introduire de petits coléoptères de la ruche ou autres ravageurs et maladies. Avec le projet régional du Seeland, Narimpex peut soutenir judicieusement les petits apiculteurs et contribuer ainsi de façon importante à la préservation des abeilles de la région.